Michelin fait appel à un coach pour préparer les candidats à l’embauche

L’opération de recrutement a démarré mi-décembre à Lyon avec les « Connecting days ».

Au total, 250 agents de production et 450 cadres et collaborateurs. Pour s’inscrire dans la croissance à long terme du marché du pneumatique, Michelin organise une vague de recrutement en France en 2012.

« Nous avons besoin de renforcer nos équipes nationales pour accompagner notre développement. Sept cents personnes seront ainsi embauchées en contrat à durée indéterminée l’année prochaine. Il s’agira pour une large majorité d’ingénieurs, de techniciens et de chercheurs, mais aussi de diplômés en systèmes d’information et de commerciaux », détaille François Johnston, directeur du recrutement pour la France.

LES « CONNECTING DAYS » :  UN MODE DE RECRUTEMENT INNOVANT

Michelin a connu des périodes difficiles et plusieurs plans sociaux, son effectif en France reculant, ces dix dernières années, de 27 000 salariés en mars 2001 à un peu plus de 23 000 aujourd’hui. Le groupe se réjouit donc de revenir à des embauches, sur un mode de recrutement innovant : les « Connecting days ».

Grâce à des réseaux sociaux comme Facebook, Viadeo et LinkedIn et via différentes écoles, Michelin est entré en contact avec des étudiants, de jeunes diplômés et des actifs plus expérimentés, qui ont envoyé leur CV en masse.

Sur les 1 500 reçus, 150 ont été sélectionnés. Les heureux élus ont ensuite été conviés à Lyon les 13 et 14 décembre dans le bar-restaurant du Docks 40. « Là, nous avons rencontré chacun des candidats pendant plus de trois heures. Nous ne recrutons pas pour un poste, mais pour un parcours au sein de l’entreprise, ce qui nécessite de passer du temps avec les postulants », poursuit François Johnston.

METTRE À L’AISE LES CANDIDATS

Durant la première heure, les candidats ont été pris en charge par groupe de trois ou quatre par un coach professionnel chargé de les mettre dans les meilleures conditions pour l’entretien d’embauche organisé l’heure suivante.

Après l’épreuve proprement dite, une rencontre informelle était en outre organisée avec une vingtaine de représentants des différents métiers exercés au sein du groupe, pour permettre des échanges sur l’entreprise, sur les différentes carrières possibles, sur le quotidien des salariés etc.

« Au final, ces journées ont été un grand succès. Les séances de coaching ont permis aux candidats de donner le meilleur d’eux-mêmes à l’entretien. Le taux de personnes que nous recevrons pour un second entretien est ainsi plus important que d’ordinaire », commente le directeur du recrutement.

LE RECRUTEMENT CONTINUE

D’autres événements seront organisés tout au long de l’année pour entrer en contact avec de nouveaux candidats potentiels et leur faire découvrir l’entreprise. Des séances de « chats » vidéo lors desquels les postulants pourront échanger avec un expert du groupe auront lieu régulièrement.

En mai, les « Student days » accueilleront pour la cinquième année consécutive des centaines d’étudiants d’écoles d’ingénieurs européennes dans le centre de recherche et développement de Clermont-Ferrand. Puis, en juin, lors des 24 Heures du Mans, un jeu virtuel se déroulera en ligne sur le site Internet de l’entreprise pour approcher de manière ludique de futurs candidats.

Les 700 recrues travailleront pour les trois quarts à Clermont-Ferrand, principalement au siège du groupe et dans son centre de technologie en pleine expansion. Le quart restant sera réparti sur dix autres sites nationaux de Michelin. L’ensemble permettra à l’entreprise de garder une activité importante en France.

Source : La Croix

En savoir plus

Du Coaching pour décrocher un job ou une formation

Le CIDJ présente à partir de lundi et jusqu’à jeudi la Semaine de l’insertion professionnelle.

S’il reste inférieur à celui de la France métropolitaine (9,1 %), lechômage en Ile-de-France reste préoccupant avec, au deuxième trimestre 2011, un taux de 8,1 % de la population active. Pour répondre aux besoins des jeunes, le Centre d’Information et de Documentation Jeunesse (CIDJ) propose àpartir de lundi et jusqu’à jeudi la Semaine de l’insertion professionnelle.

Un emploi sans diplôme

Lundi, la journée sera destinée aux demandeurs d’emplois sans diplômes. En tout, 25 entreprises publiques et privées (RATP, Gendarmerie Nationale, Metro Cash & Carry France, Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, Police Nationale) seront présentes et proposeront des missions mais aussi des CDD et des CDI. De nombreux organismes et réseaux de formation et d’aide à l’insertion proposeront également des entretiens individuels.

Les secteurs qui recrutent

La journée de mardi accueillera la 3e édition du Forum des agences d’emploi dont l’objectif est de « de présenter aux jeunes les secteurs qui recrutent et les qualifications recherchées, qu’il s’agisse de missions d’intérim, de CDD ou de CDI » selon le CIDJ. Parmi les offres qui seront proposées, des jobs à décrocher dans la comptabilité, la finance, l’informatique, le paramédical, les espaces verts, l’hôtellerie-restauration… En 2010, les 147 000 intérimaires de moins de 25 ans totalisaient 28% de l’ensemble des effectifs intérimaires. 84% des intérimaires de moins de 25 ans n’avaient aucune véritable expérience professionnelle avant. Pour 57% d’entre eux, l’intérim a été le moyen de trouver rapidement un emploi et un jeune sur cinq passé par l’intérim a suivi une formation.

2 564 places pour les apprentis

Le forum de l’apprentissage de mercredi permettra à ceux qui le souhaitent de décrocher l’une des 2564 places encore disponibles dans les centres de formation d’apprentis franciliens. « Les places disponibles concernent en priorité les secteurs du commerce, de la vente, de la gestion, et du transport, l’hôtellerie-restauration, la mécanique, l’électricité-électrotechnique, le bâtiment, la coiffure et l’esthétique, l’informatique ou encore l’éducation spécialisée » précise le CIDJ.

Handicap et entreprise

Enfin jeudi, le centre d’information et de documentation jeunesse aidera les jeunes en situation de handicap à trouver un emploi. Au programme de la journée, des offres d’emplois des secteurs ordinaires et adaptés, des conseils, des entretiens personnalisés et coaching

Rendez-vous de lundi à jeudi inclus de 10 heures à 17 heures. CIDJ, 101 quai Branly, Xve. Entrée libre, se munir de CV. Infos: www.cidj.com. tel : 01 44 49 12 00

Source :

http://www.metrofrance.com/paris/quatre-jours-pour-decrocher-un-job-ou-une-formation/mkiy!ReQgWybU8Kt3Q/

En savoir plus

Le coaching se fait une place dans les programmes

Cette composante devient un argument pour séduire les candidats.

Étape déterminante dans la carrière d’un cadre, le MBA permet à la fois une montée en compétences et une évolution personnelle forte. Pour accompagner cette maturation des participants, nombre de programmes proposent du coaching et un suivi personnalisé. « L’accompagnement assuré par l’école me semble un critère de choix déterminant pour les candidats, surtout dans un programme comme le nôtre où 80 % des étudiants changent de pays, de fonction ou de secteur, et 30 % évoluent sur les trois facteurs à la fois », reconnaît Sandra Schwarzer, directrice du service carrière de l’Insead. Dans cet établissement, les participants sont invités à s’inscrire sur un site dédié à la carrière avant même le début de la formation.

Construire sa personnalité

De son côté, l’Executive MBA de Paris Dauphine propose deux types d’accompagnement. « Le premier est orienté vers la carrière, le profil des participants, leurs projets professionnels. L’autre revêt un aspect plus personnel, car ce type de formation transforme forcément les participants », estime Jean-François Chanlat, directeur du programme.

À HEC, la construction du projet de carrière fait partie intégrante de la formation, depuis la réflexion sur ses ambitions professionnelles jusqu’à la préparation des entretiens d’embauche et la rencontre de recruteurs et d’anciens. Plutôt que d’accompagner une recherche d’emploi – nombre d’entreprises sponsorisent leur collaborateur -, l’Executive MBA de l’EM Lyon privilégie l’échange à travers des rencontres entre participants et employeurs pour les aider à mieux définir leur évolution interne. L’Executive MBA de l’Insead assure de son côté un processus de développement du leadership très complet (tests, coaching de groupe, observation par un pair du participant dans son entreprise). Dans un registre plus collectif, l’Essec & Mannheim Executive MBA s’assure les services d’un coach professionnel pour atténuer les tensions inhérentes à tout travail au sein d’une équipe multiculturelle.

Source :

http://www.lefigaro.fr/emploi/2009/01/19/01010-20090119ARTFIG00664-le-coaching-se-fait-une-place-dans-les-programmes-.php

En savoir plus

L’IMPACT DU COACHING SUR LE SAVOIR-ÊTRE DU DIRIGEANT

Le chef d’entreprise qui décide de s’investir dans un processus de coaching réalise un travail sur lui-même qui sera la source d’un déploiement de ses talents, de ses performances et… d’un meilleur savoir-être.

LES ÉTAPES DU COACHING

La première étape d’une démarche de coaching est la découverte de son véritable objectif. Le dirigeant prend ensuite conscience des ressources disponibles ou à acquérir pour réaliser l’objectif qu’il souhaite réaliser. Au cours des séances de coaching, le dirigeant déploie ses capacités et les met à son service, en accord avec son système de valeurs, de croyances et de son éthique.

LES BIENFAITS DU COACHING POUR LES CHEFS D’ENTREPRISE

Le premier bénéficiaire du coaching est le dirigeant lui-même : il prend la mesure de sa responsabilité dans tous ses actes et paroles et mesure leur impact sur l’environnement. Il va donc devoir trouver les techniques qui lui conviennent pour prendre le recul sur les situations et diminuer l’impact de ses émotions, notamment dans ses prises de décision. Les dirigeants coachés vont souvent manifester une amélioration importante dans leur communication orale et comportementale. Ils apprennent à accueillir les propos de leurs interlocuteurs grâce à la pratique de l’écoute active qui évite les conflits inutiles.

DE COACHÉ À COACH

Certains dirigeants vont jusqu’à suivre eux-mêmes une formation de coach. Ceux-ci développent un management extrêmement motivant pour leurs équipes car ils vont, autant que possible, être à l’écoute de leurs collaborateurs. Résultat : ils vont définir des plans d’action qui auront été réfléchis et imaginés par toute leur équipe, en fonction des compétences et envies de chacun.

LE CAS DES MANAGERS ET AUTRES CADRES

Pour les responsables de services, managers, chefs d’équipes… envoyés une ou deux journées en coaching imposé, les apports ne seront pas aussi spectaculaires. La raison en est que ce ne sont pas eux qui sont à l’origine de la décision d’effectuer une telle démarche. Bien souvent d’ailleurs ils abordent les séances en pensant assister à une formation et non pour se faire coacher. Or, la différence est fondamentale : le formateur transmet son savoir alors que le coach offre la possibilité à ses clients de révéler eux-mêmes ce qu’ils sont, ce qu’ils veulent et comment ils souhaitent agir pour l’obtenir.

LES BIENFAITS POUR LES MANAGERS

Les managers coachés vont développer un meilleur relationnel à l’autre. Ils limitent, par une communication orale et comportementale adéquate, les éventuels conflits. Ils vont également apprendre à convaincre et fédérer leurs auditeurs lors de leur prise de parole en public. Ceux-ci vont également favoriser la synergie de leurs équipes et la réussite des projets en mettant en place des procédures validées par tous et non pas imposées par la direction. Enfin, par un travail sur la compréhension du rôle de chacun, les managers qui ont été coachés réussiront mieux à motiver leurs collaborateurs à respecter les délais.

Source :

http://www.dynamique-mag.com/article/formation/l-impact-du-coaching-sur-le-savoir-etre-du-dirigeant.3127

En savoir plus

WP SlimStat