Septembre sonne la cloche de la rentrée en classe, mais aussi celle, pour plusieurs, du retour au travail .  Il faut se méfier de la réapparition du stress qu’elle peut engendrer.

La tension liée au travail est très, voire trop présente, croit Anick Lemay, présidente de Déclic Coaching, une entreprise montréalaise de coaching et de gestion du stress dans le milieu du travail.

«Chez les entreprises, il y a une prise de conscience de la pro­­blématique que peut occasionner le stress chez les employés, mais les mesures mises en place pour créer des environnements qui réduisent le stress sont rares», observe-t-elle.

D’après l’entraîneuse en développement personnel, si 60 % du stress ressenti est relié à l’organisation de l’entreprise, 40 % de celui-ci découlerait de l’attitude du travailleur compétitif, perfectionniste ou qui vivra des problèmes personnels par exemple.

Si le bon stress est nécessaire pour se dépasser, la tension négative, elle, peut mener à des problèmes de santé et ultimement, à l’é­pui­sement professionnel.

Un retour graduel
Au retour des vacances, il faut tout particulièrement se méfier du stress si on désire profiter le plus longtemps possible des bienfaits de la saison estivale.

Pour ce faire, Danielle Silverman, entraîneuse de carrière et présidente de Vision Coach International, conseille, au retour au travail, de garder certaines habitudes de vacances, com­me profiter du beau temps ou continuer à faire du sport.

De son côté, Anick Lemay suggère de privilégier un retour progressif à la routine. «Pendant quel­ques semaines, pourquoi ne pas se permettre d’acheter des repas déjà faits et se donner le droit d’être moins assidu quant aux tâches ménagères?», suggère-t-elle en soulignant que le retour à la routine se vivra plus facilement s’il est fait graduellement.

Au lieu de travail, il est important de s’accorder le droit de prendre des pauses et de profiter de sa période de dîner pour quitter son poste de travail. D’après Anick Lemay ces moments d’arrêt permettent d’évacuer le stress quotidien.

Mesures antistress payantes

Au Québec, quelques entreprises commencent à se démarquer en proposant des programmes qui visent à diminuer le stress. «C’est un travail constant qui nécessite de jumeler plusieurs mesures si on désire observer une réelle amélioration», assure Danielle Silverman.

À titre d’exemple, Anick Lemay mentionne une entreprise qui a embauché une personne à temps plein pour conseiller les employés en matière d’entraînement, de méditation et de nutrition. Des cours de yoga, un lieu pour l’entraîne­ment physique, des massages sur chaise et des cause­ries sur le stress, l’alimen­tation ou le sommeil sont de plus en plus fréquemment proposés par les entreprises.

Fina­le­ment, une en­-treprise qui se montre compréhensive quant à la réalité de ses employés sera gagnante, croit Danielle Silverman. C’est le cas par exemple des sociétés qui réduisent les horaires de travail, pro­posent des horaires flexibles ou offrent une possibilité de télétravail.

D’après l’entraîneuse de carrière, des entre­prises qui proposent de telles mesures verront le stress de leur personnel dimi­nuer de façon signifi­cative et verront donc, au bout du compte, leur productivité augmenter. Tout le monde y gagne!

Source :
468 ad

WP SlimStat