Un ouvrage pour se préparer au Coaching Relooking

Rien ne saurait remplacer l’avis d’un Coach professionnel en Relooking, mais c’est vrai qu’il existe des règles communes à chaque relooking. Des étapes à suivre. Et en cela effectivement cet ouvrage pourra vous apporter les premières clés, des premiers éléments de solution si vous envisagez de faire appel à un coach en relooking.

 

Relooking en 7 étapes

Découvrez le Premier programme de coaching en relooking disponible sous forme de livre, qui propose une réelle valorisation de soi en fonction de vos caractéristiques personnelles, qu’elles soient physiques, mentales ou existentielles.

Comme si vous étiez accompagnée de votre conseillère en image personnelle, prenez en main votre valorisation physique et comportementale. Suivez les missions, tests et conseils simples qui vous sont dispensés pour prendre soin de votre physique et booster votre mental. En sept jours seulement, vous vous serez découvert un nouveau look et votre désir de (vous) plaire et d’être au top sera satisfait. Le plus important ! Ce guide vous permet d’affirmer votre look en fonction de vos caractéristiques personnelles et non en fonction d’une image imposée par la société.

Il est disponible dans toutes les librairies et espaces culturels francophones ainsi que sur de nombreux sites internet (voir la liste des points de vente).

Si vous souhaitez avoir un aperçu du guide « Relooking en 7 étapes », je vous invite à feuilleter cet extrait.

Pour en savoir plus : Relooking en 7 étapes – Cosmopolitan.fr

Source :

http://www.cosmopolitan.fr/,relooking-en-7-etapes,2232,1522855.asp

En savoir plus

Relooking pour vingt-six demandeurs d’emplois

Vingt-six demandeurs d’emploi issus de Forbach et environs ont bénéficié, hier, d’un coaching beauté. Maquillage, coiffure et manucure étaient au programme de cette action menée par le Pôle emploi du secteur.

Mettre les demandeurs d’emploi sur un pied d’égalité face à un recruteur. C’était la volonté de Chantal Decker, directrice de Pôle emploi Forbach Carrefour de l’Europe. Hier, 26 personnes, choisies sur critères sociaux, ont été invitées à une journée relooking. Au programme : coiffure, maquillage, ou encore manucure. Sans oublier la possibilité de choisir des vêtements parmi ceux fournis par Emmaüs.

« On s’est rendu compte que les demandeurs d’emploi n’étaient pas toujours égaux face à un employeur. Pour un même emploi et à un même niveau de formation, c’est l’image qui va finalement décider le recruteur », note Chantal Decker. Or, les moyens financiers ne permettent pas toujours de se mettre en valeur. D’où l’idée d’organiser un « coaching beauté » à l’occasion de la Semaine pour l’emploi qui se tient en ce moment même.

C’est à l’Ifsec, Institut supérieur de formation esthétique et coiffure, basé à Freyming-Merlebach, que s’est déroulée la séance cocooning. Les élèves, titulaires au minimum d’un CAP, ont participé à l’opération sur la base du volontariat. Un gros travail de partenariat pour Pôle emploi, qui a également bénéficié du soutien de l’entreprise Wella, à Sarreguemines, en ce qui concerne les produits capillaires, ou encore Yves Rocher et D rPierre Ricaud, pour les produits de beauté.

Reprendre confiance en soi

En amont de cette journée, les 26 personnes sélectionnées ont pu suivre un cours de préparation aux entretiens d’embauche.

« C’est une belle opportunité pour nous, commente Céline, au chômage depuis plus de deux ans. Quand on a deux enfants à charge, on préfère leur payer des chaussures plutôt que d’aller chez le coiffeur… »

Un peu plus loin, Martine est en pleine séance maquillage. Pour cette quadragénaire, l’objectif de cette journée est clairement de reprendre confiance en soi. « Quand on n’a plus grand-chose, il faut au moins garder une bonne image de soi. Ce relooking, ça fait surtout du bien au moral. D’autant plus que les allocations ne nous permettent pas ce genre de plaisir. »

Pour la directrice du Pôle emploi Forbach, l’opération est une réussite qu’elle espère reconduire dès l’an prochain. « J’ai vu des gens pleurer de joie. Certains n’étaient plus allés chez le coiffeur depuis plusieurs années. Pour l’estime de soi, c’est déjà une bonne chose de réalisée. »

Source :

http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2011/10/04/relooking-pour-vingt-six-demandeurs-d-emplois

En savoir plus

Tribune : “La société de l’apparence…” – Coaching Relooking

Nadia Veyrié est Docteur en sociologie, formatrice à l’Institut régional du travail social de Basse-Normandie à Hérouville-Saint- Clair.

« Salon de beauté, entretien physique, relooking, vêtements de marque : comment, aujourd’hui, comprendre ces comportements ?Prendre soin de son corps » est une pratique qui tend à se généraliser, ceci pour différentes raisons liées notamment aux préoccupations des XXe et XXIe siècles - mieux vivre, bien vieillir - ainsi qu’à la liberté du corps défendue dans les années 1970. Mais disposer de son corps n’a pas évincé le fait qu’il soit dépendant d’une culture qui tend vers sa perfection. Les personnes intègrent cette perfection en recourant à des conseils payants de professionnels. Avec le relooking, une personne peut aussi visualiser sur internet et chez elle son nouveau visage. Ce souci (ou cette obsession ?) de l’apparence entre alors en interaction avec, par exemple, le coaching qui a pour finalité d’« assister » la vie privée et professionnelle… Enfin, Georg Simmel, philosophe et sociologue, explique que le visage - plus que le corps qui peut aussi se distinguer - révèle notre personnalité intime. Il démontre aussi que la mode dévoile un processus d’imitation et de distinction. Qu’est-ce qui est recherché dans ces pratiques de l’apparence : une personnalité intime enfouie, un camouflage de cette personnalité et/ou une personnalité construite par la société ? En effet, avec le relooking, qui est réellement derrière ce visage modifié, embelli, souvent parfait ? Certes, un corps individuellement fantasmé, mais qui n’est pas coupé de phénomènes sociaux de mode et de distinctions sociales. Emmanuel Lévinas, philosophe, explique que le visage est, chez l’Autre, ce qui fait appel, voire assigne. Or, dans ces modifications liées au corps, serions-nous devant des masques ? Qu’est-ce qui fait alors appel ? Ce souci de l’apparence individuelle cacherait-il une culture de la disparition de la singularité ? »

Source :

http://www.cotecaen.fr/2011/09/13/tribune-la-societe-de-l%E2%80%99apparence/

En savoir plus