Ils ont amputé leur été pour réussir leur rentrée

Boursiers, issus de familles modestes, ces « petites têtes bien pleines » vont intégrer dans quelques jours une classe préparatoire aux grandes écoles. Mais avant cela, ils ont raboté leurs vacances pour dix jours de coaching de classe d’été. Objectif : éviter les décrochages précoces et rétablir l’égalité des chances. 

Ce sont trente jeunes méritants, titulaires de mentions bien ou très bien au bac. Tous sont boursiers, issus de familles modestes. Dans quelques jours, ils vont intégrer des classes préparatoires aux grandes écoles, en lettres, sciences ou économie. Mais avant la rentrée, ils ont suivi dix jours de classe d’été à la Doua. Ils ont accepté de sacrifier un peu de leur vacances pour être mieux armés pour réussir leur nouveau défi. Parmi eux, des jeunes de quartier, de campagnes éloignées et de centre-ville mais exposés à des difficultés financières. N’en déplaise à l’égalité républicaine, ils sont prédisposés à des études courtes.

L’enjeu de la classe d’été est de « rétablir un peu de justice sociale« , comme l’explique Fabien Lafay, directeur du pôle universitaire de proximité à Lyon 3. « Ce ne sont pas des quotas, ces jeunes sont là parce que leur résultats le permettent« , insiste Luc Maerten, conseiller du recteur. Ce dispositif est né en 2008, sous l’impulsion de l’ancien préfet, Jacques Gerault.

Gestion du stress, méthodes de dissertation et techniques d’entretien

Durant dix jours, logés gratuitement à la Doua, on leur apprend comment gérer leur stress, mieux organiser leur futur emploi du temps, on leur inculque des techniques de dissertation et de mémorisation rapide, on les coache sur la prise de parole en public, sur la bonne attitude corporelle à adopter lors d’un entretien ou un exposé. Selon Pierre-Jean Bravo, proviseur au lycée du Parc, des valeurs fondamentales sont rappelées, comme l’importance de la solidarité et du travail d’équipe, le fait de ne pas négliger son sommeil ou son alimentation. « Ca va leur laisser des repères pour la suite« .

été ()

Eviter les abandons précoces

L’un des objectifs est de démystifier à leurs yeux les grandes écoles et dédramatiser les obstacles à venir. « Certains réussissaient jusqu’alors sans développer leur capacité de travail« , expose Fabien Lafay. Loïc par exemple avoue avoir décroché le bac avec mention bien en ayant seulement potassé un peu l’histoire et les mathématiques. Or en prépa, une telle désinvolture ne pardonne pas. Les premiers mois sont très exigeants et les notes souvent cruelles. L’an dernier, Pascal a connu un coup de mou à la Toussaint. « Dans certaines familles, les  parents ne sont pas persuadés de l’intérêt d’études longues. Alors quand l’élève ramène des mauvaises notes, c’est pour eux une catastrophe« , relate le proviseur au lycée du Parc. Il faut à tout prix éviter les renoncements. Et de ce point de vue, les résultats de la classe d’été sont exceptionnels : « On a réussi à éviter les décrochages précoces en cours de première année de prépa, de 6% lors de notre dernière promotion contre 21% à 45% en moyenne nationale, selon les filières » se félicite Fabien Lafay.

Lutter contre l’auto-censure des jeunes de familles modestes

« On a juste eu à cliquer pour venir ici. Quelle chance on a ! On a une aide incroyable. Tous les jours on se dit que l’on a bien fait de venir« , s’enthousiasme une élève, lors d’une cérémonie ce lundi, en présence du préfet chargé de l’égalité des chances, Alain Marc. Certains regrettent un manque de publicité du dispositif. Ils pointent là l’extraordinaire gâchis que constitue l’auto-censure de jeunes de familles modestes qui renoncent à ces formations d’excellence, faute de confiance en eux, faute d’argent ou faute d’informations. Ainsi confie Fabien Lafay, certains jeunes issus de zones rurales comme Tarare ou Bourg-en-Bresse, éloignés des centres universitaires, ne s’imaginaient même pas quitter leur territoire.

« J’ai toujours hésité à faire une prépa. Le choix s’est fait en dernière minute« , affirme une élève. Mathilde qui va rejoindre le prestigieux lycée parisien Henri IV raconte que lors de la sortie organisée en août à l’ENS Lyon, personne ne s’imaginait intégrer l’école. A l’issue de la visite, tous ambitionnaient de l’intégrer. « C’est sûr, je tenterai le concours« , tranche-t-elle, charmée par la bibliothèque. « Ce qui a le plus d’impact, c’est d’aller dans les lycées« , soutient Christine Didomenico, responsable du projet d’ouverture sociale à l’EM Lyon. L’intervention de jeunes de prépa dans les lycées, tout comme le fait d’avoir, en cours de prépa, un ancien élève comme tuteur constituent d’autres actions positives.

Source :

http://www.lyoncapitale.fr/lyoncapitale/journal/univers/Actualite/Education/Ils-ont-ampute-leur-ete-pour-reussir-leur-rentree

 

En savoir plus

Quel stressé êtes-vous ?

Une étude nationale menée par l’Institut de Médecine Environnementale* en 2010 révélait que dans 90% des cas [1], le stress était d’origine interne, subjective, cognitive.
Dans un environnement professionnel de plus en plus tendu, comment réagit chacun d’entre nous face à un facteur de stress ?

C’est justement pour permettre à chacun de mesurer son niveau de stress, de comprendre son profil de stressabilité et surtout d’aller chercher ses ressources internes pour tendre vers plus de sérénité, que l’Institut de NeuroCognitivisme lance, le 1er septembre, un test inédit sur Facebook. Association à but non lucratif, la mission de cet institut est de démocratiser les connaissances scientifiques en matière de comportement humain.

Intitulé « Votre profil face au stress », ce test gratuit s’adresse aux professionnels des relations humaines en situation de management ou d’accompagnement… mais aussi à toute personne désireuse de mieux comprendre et gérer son stress pour mieux prévenir les risques psychosociaux notamment.

Le test s’effectue en dix minutes. Pour y accéder, il suffit de :

Le test se déroule en trois étapes :
1.   Profil de stressabilité : les questions posées permettent de mesurer l’intensité et le type de stress
2.   Etat d’esprit : Les questions posées permettent d’identifier les leviers d’actions qui nous permettent de sortir du stress ou de ne pas y entrer.
3.   Ressources profondes : ces questions permettent d’identifier les « Personnalités primaires » de l’individu, source de motivations puissantes, inaltérables et résistantes aux difficultés rencontrées.

Alors, quel stressé êtes-vous ?


[1] Etude conduite du 25 mai au 25 juillet 2010 auprès de 3052 personnes par l’Institut de Médecine Environnementale* (IME)

 

Source :

http://blog.netpme.fr/2011/08/30/quel-stresse-etes-vous/

En savoir plus

Apprenez à donner de la voix !

Votre problème, parler devant tout le monde

Faire un exposé au lycée relevait pour vous de la torture ? Un discours au mariage de votre meilleure amie, plutôt mourir ! Prendre la parole au bureau, devant les collègues, et hop vous rougissez et bafouillez direct !
Pas de panique, Maxxivoice, la nouvelle méthode dedéveloppement personnel par la voix vous vient en aide !

Comment acquérir les techniques des pro ?
Qui n’a jamais rêvé d’avoir l’aisance et la diction d’une Claire Chazal ou la voix imposante et sensuelle d’une Fanny Ardant ? Cela est désormais possible grâce à la méthode Maxxivoice.
Le but ? Maîtriser les techniques vocales et d’expression des pros pour capter son auditoire, gérer son stress, gagner en confiance, et en pouvoir de séduction.
La méthode repose sur une série d’exercices performants sous forme de vidéos interactives, pratiques, simples et ludiques. Et elle accompagne indivuellement chaque utilisateur en lui donnant les moyens de s’auto-évaluer et de mesurer objectivement ses progrès.

On ne se mouille pas, c’est 100% en ligne
Un simple connexion internet et un micro intégré à l’ordinateur suffisent !
Cette méthode d’e-learning permet de progresser à son rythme et de se lancer dans les exercices en toute intimité, sans crainte du regard des autres.

Une méthode progressive
Pour un travail en profondeur, un programme en 3 étapes :
> La découverte de sa propre voix : apprendre à la reconnaître et à l’aimer
> La prise de conscience de sa voix : comment parler doucement, avec le sourire, enthousiasme, conviction, etc.
> La maîtrise de sa voix : savoir donner un sens à ses interventions, c’est-à-dire, expliquer, raconter, argumenter.


Par qui ? Pour qui ?
Et ensuite, on se teste 
La méthode prévoit aussi en option des accompagnements individuels par des spécialistes grâce à des séances de coaching par Skype, ainsi que des analyses et des recommandations personnalisées à distance.

Véritable caméléon de la voix, Lorenzo Pancino (20 ans de voix pour la radio, la télévision ou le cinéma), a collaboré avec Air France, Bouygues ou encore Canal+. Dans la sphère professionnelle, elle permet de s’affirmer au sein de l’entreprise et de ne plus redouter la prise de parole en public. Et dans la vie privée… utile pour ne pas rester sans voix dès qu’un homme s’approche !

Plus d’infos sur maxxivoice.com.

Source: http://www.aufeminin.com/ma-psychologie/maxxivoice-n80847.html


En savoir plus

WP SlimStat